L'épidémie du coronavirus a changé notre environnement de travail et la façon dont nous interagissons avec nos collègues. La manière de communiquer avec ces derniers a aussi énormément changé depuis : Zoom, Google Meet, Microsoft Teams etc...  Le changement dans le lieu et la façon de travailler présente une excellente occasion de réinventer et de remodeler le lieu de travail après la pandémie.

La réalité du travail en 2021 sera bien différente de ce qu'elle était en 2019. Depuis que la pandémie a frappé en 2020, selon Zenbusiness, au moins 70% des petites entreprises aux États-Unis ont un employé travaillant à domicile. De nombreuses équipes ne se sont jamais rencontrées en personne et n’ont jamais travaillé ensemble. Certains employés ont rejoint leurs postes via conférence en ligne et se connectent avec leurs collègues exclusivement via un écran.

Le magazine TechCrunch est parti à la rencontre de chefs d'entreprise et de spécialistes du monde du travail afin de mieux cerner l'avenir du monde du travail. Voici donc quelques prédictions de ces spécialistes:

1) Le défi: Maintenir une culture d'entreprise

Les responsables des ressources humaines et les manageurs sont dans l’obligation d’améliorer leurs compétences en gestion et en communication pour gérer avec succès les travailleurs répartis dans un environnement de travail hybride. En effet, avec la crise, le travail à distance est devenu une norme et les équipes sont donc de moins en moins liées humainement entre elles.

Chris Terndrup, Business Transformation Architect chez Nexthink, a déclaré que la culture d'entreprise est confrontée à une crise car les employés ont soif de collaboration et de connectivité sociale: Non seulement les appels vidéo ne suffisent plus mais pire, ils commencent à être honnis par les salariés.

"Le défi consiste à maintenir les employés 'activement engagés' plutôt que 'simplement' engagés", a-t-il déclaré. "Nous prévoyons que ces nouveaux modes de collaboration vont évoluer et de plus en plus d'entreprises, qui auront marre des vidéoconférences reviendront aux appels téléphoniques basiques" assure-t-il.

Shalini Rao, Growth Equity Director de la société d'investissement "Generation", a déclaré qu'il était important de recréer des opportunités de rencontres fortuites pour stimuler les collaborations et aider les jeunes employés à construire un capital social. "Ceci est particulièrement critique pour les femmes et les minorités".

Pour Larry Gadea, PDG et fondateur d'Envoy, si avant ces changements la limite entre vie privée et vie professionnelle était "physiquement claire", aujourd'hui, elle tend à totalement disparaître avec le travail en remote, avec des conséquences plus ou moins graves sur moyen terme pour les employés mais aussi pour les entreprises: "Les gens qui réussiront seront ceux qui prendront soin d'eux, auront des passe-temps et géreront bien leur temps (...) Les équipes qui réussiront trouveront de nouvelles façons de développer la confiance, d'accepter les conflits et de prendre des engagements" a-t-il assuré.

2) Mettre en place une stratégie complète du travail en remote

Evidemment, une entreprise ne décide pas de créer des "pôles" (marketing, sales, opérations...) arbitrairement, et ne laisse pas non plus au hasard les interactions entre ces différents départements. Or avec des équipes éloignées géographiquement, c'est toute une nouvelle restructuration à laquelle il faudra penser.

En effet, comme il ya plus d'options sur le lieu et la façon de travailler, les entreprises devront réévaluer leurs opérations, leur culture d'entreprise et leur avenir. Les dirigeants s'attendent désormais à ce que les entreprises éliminent les exigences traditionnelles du lieu de travail et permettent aux employés de travailler là où ils sont le plus à l'aise et efficaces mais permettant aussi aux entreprises de réaliser des économies.

Zoë Harte, directrice des ressources humaines chez Upwork, prédit que les entreprises continueront de laisser aux employés la possibilité de continuer à travailler en remote après la réouverture des bureaux afin d'économiser de l'argent (entretien des locaux, frais de location...). Mais le plus important selon elle, c'est que cette flexibilité accrue permettra de recruter des talents qui parfois refusaient justement la vie de bureau ou qui se trouvaient géographiquement très loin du lieu de travail.

Justement c'est cette flexibilité que pointe du doigt Vinod Kumar, PDG de Vodafone Business, en prédisant que les entreprises créeront des espaces de travail numériques et mieux adaptés à cette nouvelle main-d'œuvre.

"La journée de travail traditionnelle de 9 heures à 17 heures a été modifiée en horaires de travail flexibles, car les employeurs ont dû, et devront continuer, de s'accommoder avec les environnements de travail flexibles de leurs employés dans les années à venir", a-t-il déclaré.

3) Un travail plus important pour garder ses employés

Et oui, le revers de la médaille c'est que demain les employés vont avoir beaucoup plus de libertés et dans un environnement où les repères et la culture d'entreprise manquent, ils pourraient être tentés d'aller voir ailleurs.

Brian Rutkowski, Chief Talent Officer chez Olive, s'attend à voir les entreprises éliminer les exigences traditionnelles du lieu de travail et permettre aux employés de travailler là où ils sont le plus à l'aise et efficaces explique-t-il à TechCrunch.

Selon lui, les entreprises devront investir différemment dans leurs employés en leur offrant le bagage technologique nécessaire pour pouvoir travailler à distance. Mieux encore, il estime que les entreprises devront accorder des "incitations à l'embauche" en accordant de tels avantages à leurs employés.

"Les organisations qui adoptent une approche proactive, inclusive et équitable pour soutenir la personne dans son ensemble connaîtront des gains de productivité, d'engagement, de fidélité et de perception de la marque" abonde dans le même sens Larry Gadea, PDG et fondateur d'Envoy . "La guerre des talents obligera les employeurs à élargir la base des avantages et récompenses pour soutenir les employés dans et hors de leur lieu de travail".

4) Se rapprocher de ses clients

Un des avantages qu'offrira cet avenir du monde du travail, c'est que ce modèle, avec un personnel plus dispersé peut aider les entreprises à établir des relations clients plus solides en étant plus proches des communautés. Elle permet donc une proximité physique mais aussi des liens avec les communautés technologiques locales.

5) Avoir une meilleure communication

Les managers devront affiner leurs compétences pour garder les employés activement engagés, et pour ce faire, ils devront avoir une communication plus efficace, car il sera plus difficile de diriger une équipe dispersée.

"Diriger efficacement les activités avec des employés qui travaillent à distance ou de façon hybride (entre le bureau et le remote) exige de nouvelles compétences et de nouveaux outils", a affirmé Larry Gadea. "Il y aura un boom de la technologie, des services et des meilleures pratiques pour faire face à cela".

Pour Dave Padmos, d'EY Americas technology, les managers devront avoir une approche beaucoup plus individuelle et personnalisée pour inspirer et motiver leurs collègues. Même son de cloche du côté de Joan Burke, directrice des ressources humaines chez DocuSign, qui estime que les maîtres-mots de l'année à venir seront "empathie et confiance": "À l'avenir, je pense que les entreprises devront prioriser ces trois concepts: offrir aux employés la flexibilité de se concentrer sur leur bien-être, créer une culture destinée à une main-d'œuvre hybride et intégrer efficacement les employés", a-t-elle déclaré.

Zoë Harte va encore plus loin. Elle estime que pour ne pas surcharger les employés de conf-calls, vidéo-calls...il faudrait rationaliser ces communications tout en créant des "points de contacts" communautaires pour permettre aux employés de garder un lien entre eux mais aussi avec l'entreprise. Cela, estime-t-elle, renforcera les liens entre employés et entreprises.

6) Renforcer l'intégration virtuelle

Plusieurs dirigeants ont souligné la nécessité de moderniser le processus d'intégration pour travailler dans un monde virtuel.

Kristen Hayward, responsable des personnes chez Superhuman, a déclaré que son équipe avait repenser sa stratégie de communication pour créer un espace de travail virtuel plus "fun" pour les employés ou les nouvelles recrues.

En effet, elle explique que de plus en plus de personnes sont recrutées "en remote". Elles font donc partie de l'entreprise sans pour autant avoir jamais rencontré physiquement un membre de l'équipe, n'y s'être rendu à un bureau.

"Par exemple, nous commençons  maintenant les réunions d'équipe et les entretiens avec les candidats avec une question amusante et facile comme : Quel est votre plat réconfortant préféré? Ou quelle est votre pire histoire de voyage? Quelque chose d'aussi simple aide à briser la glace et à favoriser la connexion, sans simplement demander le redouté: Comment vas-tu? " explique-t-elle.

Pour Dave Padmos, cela doit aller encore plus loin puisqu'il sera de plus en plus difficile d'évaluer la satisfaction des employés, la productivité et la progression de carrière. C'est pourquoi il préconise le développement d'outils virtuels capable d'analyser le bien-être des employés à distance.

7) La direction des ressources humaines passe de l'opérationnel au stratégique

L'évolution du monde du travail aura aussi pour conséquence de faire passer l'équipe des ressources d'humaines d'un rôle opérationnel à un rôle beaucoup plus crucial et stratégique.

D’après les plus grands dirigeants, 2021 aura une approche RH centrée sur l'humain qui sera encore plus étroitement liée aux résultats commerciaux, et les dirigeants seraient plus avisés d'investir dans des programmes, des avantages et des opportunités qui soutiennent les employés.

Pour Dave Pamos d'EY, les Ressources Humaines devront aujourd'hui "écouter la voix de l'employé en mettant davantage l'accent sur le bien-être, la diversité et l'inclusion".

Ce n'est que comme ça que l'absence de lien physique entre l'employé et l'entreprise peut-être comblé: Placer l'humain au centre des préoccupation de l'entreprise qui verra le sentiment d'appartenance des employés croitre.

8) Le phénomène de prosumérisation

Il s'agit peut-être du plus grand challenge des 10 prochaines années selon l'ensemble des dirigeants interrogés par TechCrunch.

En effet, dans les années à venir, il y aura une très forte demande d'outils ou solutions professionnelles qui pourront être utilisés dans la sphère privée, et tout le travail d'innovation sera de pouvoir créer de telles solutions pouvant faire cohabiter ces deux sphères. C'est pourquoi de plus en plus de solutions s'inspirent des solutions déjà utilisées dans la vie privée (comme par exemple les réseaux sociaux). Mais à en croire les dirigeants de ces grandes entreprises, nous ne sommes qu'au début d'un ère où les évolutions technologiques au profit de la prosumérisation seront de plus en plus pointues.

Comme l'explique Gérald Karsenti, président-directeur général HP France au magazine "Décideurs": "Notre métier consiste à mettre en place des solutions pour délivrer l’information à la bonne personne au bon moment pour qu’elle puisse prendre la bonne décision".