Un collègue épuisé, peu enjoué et instable émotionnellement ? On pourrait penser à un état de dépression. Mais il y a de forte chance que ce soit le syndrome de l’épuisement professionnel, plus connu sous le nom de Burn Out.

La nouvelle bête noire des dirigeants est entrée en 2019 dans la classification internationale des maladies de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). On peut dire qu’elle a mérité sa place dans la liste. Si les chiffres manquent en Tunisie, on sait qu’en France, pays avec lequel nous partageons plusieurs points communs notamment dans le secteur privé, 52% des salariés se disent anxieux au travail, 29% présentent un niveau dépressif élevé et 6% sont probablement en dépression. (Cabinet Stimulus, 2017) De quoi alerter et pousser les dirigeants à agir !

Le Burn Out coûte très cher aux entreprises notamment à cause des congés qui en suivent, de la baisse de productivité et parfois même des procès menés par la “victime” elle-même. Orange a bien été condamnée à payer 25 000 euros en 2018 à son ex-salarié en Burn-Out.

Mais il coûte beaucoup plus cher aux employés. Fatigue physique, humeur dépressive, irritabilité et troubles chroniques du sommeil… des effets proches de ceux de la dépression qui peuvent conduire au suicide.

Jusqu’ici, et à cause de l’aspect relativement nouveau de ce phénomène, on ne peut identifier les secteurs les plus touchés, mais on sait déjà que le Burn Out est assez présent dans les sociétés opérant en bourse, le conseil ou la télécommunication, à cause des hautes performances exigées, de la concurrence accrue et d’un mauvaise climat de travail. Aucun secteur n’est épargné, même le monde people est touché : Sophie Turner, Stromae, Britney Spears… ont tous confié aux micros de différents plateaux télévisés avoir craqué à moment donné.

Êtes-vous en risque de Burn Out ?

Oui… mais pas besoin de paniquer, c’est le cas de tout le monde. Peu importe votre force mentale, en poussant votre corps et votre cerveau à bout, ils finiront par vous lâcher et vous verrez vos compétences diminuer et votre bonne humeur battre de l’aile.

Si dernièrement, vous subissez un grand stress sans opportunité de récupérer, arrêtez tout et prenez une pause ! Car le Burn Out résulte souvent après une période de stress supérieure à 6 mois.

Les signes d’alertes

Vous souffrez de maux physiques (maux musculaires, maux de tête…), d’insomnie, de fatigue, d’une sensation constante de stress ou d’anxiété ou de troubles de mémoire? Vous feriez mieux de prendre une pause même de quelques jours, ça vous fera sûrement le plus grand bien et vous reprendrez le travail au top de votre forme.

Comment éviter le Burn Out

Pensez un peu à vous ! Prenez le temps de pratiquer une activité qui vous fera plaisir ! Sortez en groupe et défoulez-vous entre amis. Et surtout entourez-vous d’ondes positives.

N’hésitez pas à demander une pause si vous en ressentez le besoin. Vous ne serez pas d’une grande aide à votre boss si vous entrez en Burn Out.

Le Burn Out prend d’habitude 2 mois pour être traité avec un suivi et beaucoup de repos. Il est évident que pour éviter un traitement de 2 mois et une éventuelle dépression, qui ne peut être soignée qu’à travers une prise médicamenteuse, un congé de quelques jours n’est pas cher payé.

Demandez aussi à votre employeur de créer des espaces de détente communs. Une bonne ambiance au travail est la meilleure prévention contre le Burn Out, et les espaces communs favorisent une telle atmosphère.

Ici, à GoMyCode, nous organisons souvent des team building, des sorties et des activités de groupe pour décontracter et prévenir de l’épuisement professionnel. Et malgré le rythme accéléré d’une start-up, le Burn-Out n’a jamais croisé notre route!

Retrouvez aussi sur GoMyTech :

Reconversion professionnelle: Et si vous osiez le digital?

Travailler dans une startup: Une bonne idée?