Bitcoin, Ethereum, Dodgecoin...vous avez sûrement entendre ces mots des dizaines et des dizaines de fois ces dernières années, et cela est tout à fait normal puisqu'il s'agit des cryptomonnaies parmi les plus populaires.

Mais déjà, qu'est-ce qu'une cryptomonnaie?

Une crytptomonnaie est une monnaie numérique utilisant des algorithmes et basée sur un protocole blockchain qui est capable d'assurer la traçabilité et la fiabilité des transactions. 100% virtuelles, les cryptomonnaies sont stockées dans ce qu'on appelle des portefeuilles numériques et sont de plus en plus utilisées dans les différentes transactions.

Vous souhaitez en savoir plus sur les cryptomonnaies? Voici 10 choses que vous devez absolument savoir dessus:

1) La cryptomonnaie est basée sur la blockchain

La blockchain aussi connue sous le nom de chaîne de blocs, est une technologie de stockage qui permet de distribuer les données sans pouvoir les copier.

La blockchain est apparue initialement avec le Bitcoin, mais son utilisation a été étendue sur plusieurs niveaux. Elle joue le rôle d’un registre public de toutes les transactions effectuées. Une unité de base de données se forme suite à multiples transactions. Cette unité est nommée “bloc”.

Chaque transaction sauvegarde des informations sur celle qui la précède. Et chaque bloc, garde des informations sur celui d’avant. Ces informations sont publiques, ceci constitue une vraie révolution en terme de transparence de transactions !

La blockchain a introduit une méthode de stockage grâce à un code source ouvert qui n’est relatif à aucune entité .

La maintenance de la blockchain est effectuée à l’aide de millions d’ordinateurs dont le rôle est de vérifier les transactions et de les ajouter aux blocs. Ces transactions ne peuvent pas être supprimées ni modifiées. Les paiements sont ainsi définitifs et surtout transparents et sécurisés.

2) La première transaction en cryptomonnaie remonte à...2010

Alors que ces dernières années les cryptomonnaies ont le vent en poupe, leur apparition et leur usage remonte à bien plus longtemps. Plusieurs tentatives de créer une monnaie virtuelle ont débuté dès la fin des années 1980, toutes soldées par un échec. Ce n'est qu'en 1998 que les prémices d'une monnaie 100% virtuelle ressemblant peu ou proue aux cryptomonnaies actuelles ont pu voir le jour avant d'évoluer vers une cryptomonnaies 100% basée sur la blockchain.

En effet, la plus ancienne cryptomonnaie, à savoir le bitcoin, est apparue pour la première fois en 2008. La première transaction effectuée grâce au bitcoin elle remonte au 22 mai 2010. Le premier objet acheté avec des Bitcoin: une pizza qui a coûté, tenez-vous bien… 10.000 bitcoins. C’est la première fois qu’un bien matériel est acheté par une monnaie virtuelle. Depuis, la date du 22 mai, c’est “Pizza Day”, un jour de célébration pour les amateurs de bitcoin.

3) Les cryptomonnaies sont très volatiles

Ceux qui parmi vous s'intéressent à l'économie liée à la cryptomonnaie le savent déjà: les cryptomonnaies sont très volatile. Leurs prix peuvent s'envoler très rapidement et baisser drastiquement en un clin d'oeil. La variation en un seul jour peut même atteindre les deux chiffres, car contrairement aux monnaies fiduciaires – émises et garanties par un pays –, elles ne sont contrôlées par aucune banque centrale. Dernier exemple en date, la semaine dernière le Bitcoin a perdu un tiers de sa valeur en une seule journée.

4) 20.000 cryptomonnaies ont été créées, seulement 10.000 existent encore:

Tout le monde est capable de citer le Bitcoin comme cryptomonnaie, mais il existe en réalité plus de 20.000 qui ont vu le jour, dont certaines très connues comme l’Ethereum, le Ripple, le Dash et le Litecoin. Selon CoinMarketCap, à juin 2022, il existe 19.893 cryptomonnaies qui ont vu le jour pour une valeur totale de 941,7 milliards d’euros.

Léger hic, aujourd'hui près de 10.000 seulement existent encore, les autres ayant disparu.

5) La cryptomonnaie est interdite dans une majorité de pays

Dans un très grand nombre de pays, l'usage et la commercialisation de cryptomonnaies est interdite et tombe sous la coupe de l'illégalité.

Dans certains pays, cela est légiféré noir sur blanc. C'est le cas par exemple en Algérie, en Egypte, en Bolivie, au Maroc, aux Emirats Arabes Unis ou encore au Viet-Nam.

Dans d'autres pays, l'on retrouve des interdictions plus implicites souvent liées à d'autres lois comme celles de lutte contre le terrorisme et le blanchiment d'argent. C'est le cas notamment en Tunisie, en Chine, en Colombie, en Indonésie, au Qatar, en Arabie Saoudite ou encore à Taïwan.

6) Certains Etats ont créé et lancé leurs propres cryptomonnaies

Si l'usage de cryptomonnaies est illégale dans de nombreux pays, d'autres ont décidé de prendre le taureau par les cornes et de créer leurs propres cryptomonnaies.

Le cas le plus connu à ce jour est le Salvador qui a officiellement reconnu le Bitcoin une monnaie légale, faisant du pays le premier a légaliser le cours d’une cryptomonnaie.

C'est également le cas du Vénézuela qui a lancé le Petro, sa propre cryptomonnaie, adossé au prix du baril de pétrole pour contourner les sanctions américaines à son égard.

C'est aussi le cas des Îles Marshall qui ont lancé leur propre cryptomonnaie dès 2018 et de la République du Vanuatu qui a lancé Satoshi Island, la première île entièrement basée sur la blockchain et où l'ensemble des transactions économiques seront basées sur la cryptomonnaie.

Enfin, dans le canton de Zoug en Suisse, il est même possible de payer ses impôts en Bitcoin ou en Ethereum.

Plus encore, plusieurs pays envisagent le lancement de leurs propres cryptomonnaies, et pas des moindres. C'est le cas notamment de l'Angleterre, où la Banque Centrale travaille sur cette idée, mais aussi de la Turquie, de l'Iran, du Canada ou encore du Singapour.

7) La cryptomonnaie est fabriquée par des...mineurs

Non, il ne s'agit pas d'enfants ou adolescents qui ont moins de 18 ans. C'est le nom que l'on donne à ceux qui font du "mining" et qui sont donc à l'origine de la création des cryptomonnaies.

En effet, sans ces "mineurs", la Blockchain serait figée. C'est à eux que revient la lourde tâche de confirmer les transactions se déroulant sur la blockchain en apportant "la preuve de travail", c'est-à-dire, l'authenticité de la transaction.

8) Attention à ne pas investir dans n'importe quelle cryptomonnaie

De nombreuses cryptomonnaies sont appelées par les experts: des "shitcoins". Celles-ci représentent 15% du marché total des cryptomonnaies et sont de petites cryptomonnaies qui le resteront éternellement. En d'autres termes, elles vous vendent le rêve d'investir dans une cryptomonnaie en early-stage qui va prendre de la valeur par la suite mais ce n'est assurément pas le cas.

Comme l'explique le site "Café de la Bourse", on appelle ces cryptomonnaies ainsi car: "Ce terme assez grossier et foncièrement péjoratif désigne les cryptos actifs sans objectifs précis qui affichent une capitalisation très restreinte, sans perspective de plus-values réelles. Elles peuvent se multiplier en phase d’expansion du marché des crypto-monnaies et ont tendance à disparaître lorsque le marché subit un krach et entame une période baissière".

9) Staking, lending et borrowing

Comme toute nouvelle "technologie", il existe un vocabulaire bien précis que l'on utilise dans ce domaine, et si jamais vous compter posséder des cryptomonnaies vous entendrez très souvent ces 3 termes: Staking, lending et borrowing.

Le Staking fait référence aux cryptomonnaies qui par le simple fait de les détenir permet de générer des revenus. C'est le cas par exemple de Tezos ou de Cosmos, qui par le simple fait de les détenir permet de générer une rétribution à leurs propriétaires.

Le lending lui consiste à déposer vos cryptomonnaies sur une plateforme et de ne pas y toucher pendant un certain moment. Un peu comme sur le modèle de l'épargne, où vous placez votre argent pendant un certains moment en contrepartie d'intérêts. La plateforme en question, elle se chargera de prêter vos cryptomonnaies à des tiers et vous permettra de générer des revenus à travers des intérêts.

Enfin, le borrowing est la pratique qui consiste à emprunter des cryptomonnaies. Dans ce cas, vous hypothéquez vos cryptomonnaies pour pouvoir emprunter une somme équivalente dans une autre cryptomonnaie.

10) La jeunesse africaine s'y engouffre

Les cryptomonnaies ne sont pas à un paradoxe près. Malgré des législations souvent défavorables dans de nombreux pays, africains notamment, les échanges en cryptomonnaies (surtout en Bitcoin) en Afrique Subsaharienne dépassent très souvent les échanges faits aux Etats-Unis.

Dans de nombreux pays comme le Togo ou le Kenya, un très grand pan de la jeunesse affirme effectuer des transactions en Bitcoin.

C'est aussi le cas au Nigéria, où malgré des directives répressives claires de la Banque centrale nigériane contre les détenteurs de cryptomonnaies, le pays reste dans le top 10 des pays utilisant le plus les cryptomonnaies avec plus de 13 millions d'adeptes.

Si on se fie aux échanges globaux de crypotmonnaies à travers le monde, la région MENA reste, sans surprise, à la traine avec des échanges faméliques par rapport au reste du monde.